OK
Festival Image de ville 2021 – Au Gai savoir Urbain
Shibati1-RVB

AU GAI SAVOIR URBAIN
proposé et présenté par Michel Lussault et Thierry Paquot
Du 15 au 17 octobre – MusĂ©e d’histoire de Marseille

 

en partenariat avec l’Ecole urbaine de Lyon
Ă€ l’ère de l’anthropocène, le tĂ©lescopage des savoirs s’impose au point de les entremĂŞler et ainsi de les combiner en une pensĂ©e rhizomique, non hiĂ©rarchisĂ©e, sans commencement ni fin, c’est donc un trajet inĂ©dit qu’il convient d’effectuer pour rendre intelligible la Terre dorĂ©navant urbaine. La zoonose oblige Ă  penser diffĂ©remment l’habitat, tant des plantes et des animaux que des humains, ainsi que leurs territorialitĂ©s inscrites dans des temporalitĂ©s spĂ©cifiques. L’on sait maintenant que la santĂ© des humains dĂ©pend grandement de la santĂ© de la Terre et rĂ©ciproquement, aussi nous ne devons pas oublier que toute pathologie exige son diagnostic, son remède et sa convalescence. Celle-ci connait mille manifestations selon les territoires et leurs Habitations, l’accompagner ne s’improvise pas et repose sur la rĂ©paration des dĂ©gâts causĂ©s par les activitĂ©s humaines…
Durant trois jours, en une Université populaire provisoire « Au Gai savoir Urbain »,
Michel Lussault et Thierry Paquot invitent des personnalités dont les travaux les
nourrissent pour partager avec le public de nouveaux questionnements. Ainsi, la pensĂ©e devient-elle pensante et mise en discussion au moment mĂŞme oĂą elle s’énonce….

 

Au programme :
L’IMAGINAIRE URBAIN ET LE PRENDRE SOIN
Vendredi 15 octobre – 18h
Le cinéma, tout comme les séries, trouvent dans l’urbain les conditions mêmes de son rapport au monde. L’urbain n’est aucunement un décor qui accueillerait des intrigues, il s’impose comme récit, récit choral témoignant des mille et une configurations existentielles propres aux urbains. Datapolitique, violences ordinaires, inégalités et ségrégations socio-spatiales, mal-être, mais aussi résistance zadiste, inventivité expérimentale, géopoétique de l’habiter, deviennent les matériaux de notre condition urbaine où s’arme le prendre soin des lieux, des choses, des gens et du vivant.

 

Pour en parler : Fabienne Brugère (philosophe), Frédéric Keck (anthropologue) et Agnès Sinaï (journaliste environnementale).

 

 

LES PATHOLOGIES DE LA VULNÉRABILITÉ URBAINE
Samedi 16 octobre – 15h

 

La covid-19 a révélé la fragilité des mégacités et des sociétés à haute technologie qui se croyaient invulnérables. Le confinement et le déconfinement imposés, les gestes barrières et les tests conseillés, la peur de la maladie et de la mort, sont à l’origine de nombreuses pathologies de nature diérente. Comment les connaître et les soigner ? Aux maux des humains s’ajoutent ceux de la faune et de la flore en des interactions inédites : comment garantir la santé à chacun en lui assurant la plus large autonomie ? Comment soigner la Terre après l’avoir tant meurtrie ? Quels liens établir entre l’urbain et la santé ? Faut-il redessiner l’hôpital ?

 

Pour en parler : Philippe Madec (architecte), Agnès Sourisseau (paysagiste) et Emmanuel Venet (psychiatre et écrivain).

 

 
VERS LA FIN DES DÉSASTRES URBAINS ?
Dimanche 17 octobre – 11h
La rĂ©volution nĂ©olithique gĂ©nère l’agriculture et l’urbanisation, le productivisme nĂ© Ă  la fin du XVIIIe siècle industrialise les campagnes, les transports, les villes et accorde aux humains le privilège de saccager la planète au nom du progrès…Depuis, la Terre est devenue urbaine en combinant les non-villes aux non-campagnes. Comment peut-on sortir de cette impasse modelĂ©e par les dĂ©sastres urbains ?

 

Pour en parler : Jeanne Burgat Goutal (philosophe), Jean-Paul Demoule (archĂ©ologue et prĂ©historien) et FrĂ©dĂ©ric Bonnet (architecte – Grand Prix de l’Urbanisme 2014).

 

 

Thierry Paquot
Philosophe, président de d’Image de ville,  Thierry Paquot participe depuis plus de quarante ans aux débats sur la ville,  l’architecture et l’urbanisation. Il dénonce dans ses écrits l’urbanisme de l’ère productiviste et propose des alter-architectures au nom de l’écologie existentielle.
> En savoir plus sur Thierry Paquot

 

Michel Lussault
Géographe, directeur de l’Ecole urbaine de Lyon, Michel Lussault s’interesse aux
modalités de l’habitation humaine des espaces terrestres, à toutes les échelles
et en se fondant sur l’idée que l’urbain mondialisé anthropocène constitue le
nouvel habitat de référence pour chacun et pour tous.
> En savoir plus sur Michel Lussault