OK
Festival Image de ville 2020 – Au Gai Savoir urbain, les assemblées éphémères
Capture d’écran 2020-07-06 à 17.01.09 copie-2
Evénement en partenariat avec L’Ecole urbaine de Lyon, et le Musée d’histoire de Marseille.

Il y a vingt ans paraissait le livre de Thierry Paquot et Michel Lussault : La ville et l’urbain, l’état des savoirs (La Découverte, 2000). Force est de constater que le monde, la société, ses valeurs et bien sûr la ville ont connu d’importantes mutations, les deux auteurs ont décidé de revisiter cet état des savoirs pour une nouvelle édition à paraître en 2021.
Image de ville propose au géographe et au philosophe de profiter de l’édition 2020 du festival pour, en une sorte d’université populaire provisoire, rendre publique ce « livre en chantier ». Des personnalités de multiples horizons participeront aux discussions autour des thèmes qui structureront le livre. Ces « assemblées éphémères » se dérouleront au Musée d’Histoire de Marseille pendant les Journées Nationales d’Architecture, lors de trois rendez-vous thématiques :
-

L’imaginaire urbain et le prendre soin

Le cinéma, tout comme les séries, trouvent dans l’urbain les conditions mêmes de son rapport au monde. L’urbain n’est aucunement un décor qui accueillerait des intrigues, mais il s’impose comme récit, récit choral témoignant des mille et une configurations existentielles propres aux urbains. Datapolitique, violences ordinaires, inégalités et ségrégations socio-spatiales, mal-être, mais aussi résistance zadiste, inventivité expérimentale, géopoétique de l’habiter, deviennent les matériaux de notre condition urbaine où s’affirme le prendre soin des lieux, des choses et des gens.

Vendredi 16 octobre – 18h – Musée d’histoire, Marseille

Avec Michel Lussault et Thierry Paquot, Fabienne Brugère (philosophe), Pauline Marchetti et Jacques Ferrier (architectes)

 

Les pathologies de la vulnérabilité urbaines

La covid-19 a révélé la fragilité des mégacités et des sociétés à haute technologie qui se croyaient invulnérables. Le confinement et le déconfinement imposés, les gestes barrières et les tests conseillés, la peur de la maladie et de la mort, sont à l’origine de nombreuses pathologies de nature différente. Comment les connaître et les soigner ? Aux maux des humains s’ajoutent ceux de la faune et de la flore en des interactions inédites : comment garantir la santé à chacun en lui assurant la plus large autonomie ? Comment soigner la Terre après l’avoir tant meurtrie ? Quels liens établir entre l’urbain et la santé ? Faut-il redessiner l’hôpital et plus généralement les lieux habités ?

Samedi 17 octobre – 15h – Musée d’histoire, Marseille

Avec Michel Lussault et Thierry Paquot, Frédéric Keck (anthropologue), Agnès Sourisseau (paysagiste), Sébastien Thiéry (coordinateur PEROU)

 

Sortir de l’urbain écocidaire ?

La révolution néolithique génère l’agriculture et l’urbanisation, le productivisme né à la fin du XVIIIe siècle industrialise les campagnes, les transports, les villes et accorde aux humains le privilège de saccager la planète au nom du progrès…Depuis, la terre est devenue urbaine en combinant les non-villes aux non-campagnes. Comment peut-on sortir de cette impasse urbaine écocidaire ?

Dimanche 18 octobre – 11h – Musée d’histoire, Marseille 

Avec Michel Lussault et Thierry Paquot, Jean-Paul Demoule (archéologue), Philippe Madec (architecte), Fabienne Quéméneur (ANPU)

 

RESSOURCES

>>> En savoir plus sur Thierry Paquot

>>> En savoir plus sur Michel Lussault

>>> En savoir plus sur le livre “La ville et l’urbain, l’état des savoirs”