OK
Des formations pour un monde qui change
vendredi 12 mai - 14h00
conférence

par Guillaume Faburel, géographe

 

Les crises écologiques de ce jour (du dérèglement climatique à la rareté biologique, des pollutions de grande envergure aux atteintes de toute nature) adressent des questions de première ordre aux manières dont nous aménageons le monde et nous l’urbanisons sans discontinuer depuis 2 siècles. Les problématiques environnementales devraient revisiter en profondeur les doctrines politiques d’intervention, singulièrement ce jour où nombre de connaissances convergent pour en déterminer l’urgence. Or, force est de remarquer encore un défaut de priorité dans les politiques et plus largement dans la pensée de l’action, par delà la durabilité souvent affichée.

Ici, nous développerons l’idée que si les métiers de l’aménagement et de l’urbanisme ont commencé à évoluer (valeurs développées, renouvellement des rapports aux territoires de l’action, ouverture à la participation des habitants…), et si la sensibilité semble de mise au sein des jeunes générations, les formations scolaires et surtout universitaires, par leurs découpages disciplinaires et leurs contenus pédagogiques, nuisent parfois (souvent ?) à cette éclosion pourtant nécessaire. Loin d’être un silo disciplinaire, l’écologie sociale et politique devrait s’affirmer comme une nouvelle matrice de formation, interrogeant nos rapports, modernes, au développement, à la technique ou encore la démocratisation (des savoirs).

Invité(s)