OK
Cinéastes arpenteurs – qu’est-ce qu’un territoire cinématographique ?
INLAND de Tariq Teguia (2008)

Quand des cinéastes arpentent, parcourent, décrivent et tissent des territoires réels, imaginaires ou fantasmes, leurs oeuvres offrent un travail de figuration filmique qui permet de penser l’espace dans son épaisseur temporelle. Le cinéaste-arpenteur est celui qui sort des terrains quadrillés et marqués par les signes du pouvoir pour échapper aux circulations rapides, aux rythmes effrénés des vitesses imposées. Il donne à voir ce qui ne se reconnaît pas, ce qui échappe à ce qui était prévu, ce qui tend à disparaître et pourtant fait trace.

 

Du 28 au 30 novembre, à Marseille (Iméra et campus Saint-Charles), le LESA (Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts – Aix Marseille Université) propose trois journées de colloque issu d’un programme de recherche mené sur le Centre Méditerranéen de Création Cinématographique créé par René Allio. Image de ville est partenaire associé de l’événement.

 

Le colloque est accompagné par un programme de projections et rencontres à Vidéodrome 2 à partir du 26 novembre. Avec la présence du cinéaste Tariq Teguia.

 

Il se prolonge du 3 au 8 décembre à Vidéodrome 2 avec une programmation consacrée au cinéaste Robert Kramer.

 

jeudi 28 novembre – 18h30 – Vidéodrome 2,

Image de ville présente  le film de Christian Barani, Paradis (documentaire – 2017 – 74 min.) en présence du cinéaste.

 

 

le programme complet du colloque est ICI